Crèche en  Brière Marland

En Brière, l' incroyable crèche de Marland

« Au départ, en 1992, c’était juste une crèche à l’avant du four à pain. L’idée est venue de Pierre Guéno, le doyen du village, avec Martine et Pierre Ragot, les gérants à l’époque de l’auberge du Haut-Marland, rappelle André Subile, le président de l’association Les Amis du four et de la crèche de Marland. Et puis d’année en année, ça s’est étoffé. Pierre Guéno a commencé à faire une maison, puis une deuxième… ». Et c’est un véritable village briéron miniature, sur pilotis, qui a fini par voir le jour, avec une église, une école… « et une mairie à côté de laquelle jouxte un centre de secours car nous essayons de nous rapprocher de ce qui existe à Saint-André-des-Eaux ». On y voit aussi le pont de Saint-Nazaire et sur le second plan d’eau, un chaumier en chaland qui revient de couper son roseau, un chasseur dans sa hutte avec ses canes d’appel…

 

De jour et de nuit

 

« Nous avons aussi reconstitué cette année une scène de veillée, comme cela se faisait dans le temps, avec un couple, dont l’époux est en train de réaliser un panier en osier… Nous avons également fabriqué pour cette nouvelle édition un perchoir à cigognes car il y en a pas mal en Brière », indique André Subile, qui conseille aux visiteurs de venir deux fois : « de jour pour bien voir les décors et de nuit pour admirer le village illuminé ». À découvrir également deux petites expos à l’intérieur de la chapelle reconstituée : quelques clichés d’André Bléas sur la faune et la flore briéronnes ainsi que des explications, agrémentées de photos, sur la tourbe, qui servait ici, jadis, de combustible.

L’ensemble de la visite est gratuit mais le public peut apporter une aide financière aux Amis du four et de la crèche de Marland via une urne déposée à l’entrée du four. « L’argent récolté permet de renouveler les guirlandes, de restaurer des décors ou d’en concevoir de nouveaux.

La crêche de Marland sur pilotis