Derrière les immeubles se cachent les trésors architecturaux Baulois

Histoire de la baie…

 

Il y a plus de cent ans, le 11 mai 1879, le premier train sur la ligne Saint-Nazaire – Le Croisic s’arrête à La Bôle, un lieu quasiment désert, au milieu de dunes plantés de pins.

 

Puis la naissance de La Baule (1879 – 1914).

 

Jusqu’en 1879, la commune d’Escoublac est peu touchée par le phénomène touristique, apparu dès 1830 au Croisic.

Seules les franges du grand ensemble sablonneux connaissent un début d’urbanisation, liée au développement des stations voisines : Le Pouliguen – pour le quartier Benoît – pour le Vieux Pornichet, lointain hameau de Saint-Nazaire qui ne tardera pas à prendre son autonomie avec son satellite escoublacais : Pornichet-les-pins.

 

Aussi, deux parisiens, Messieurs HENNECART et DARLU, représentant la société chargée de la construction de la voie de chemin de fer sont-ils frappés par l’intérêt exceptionnel que représente le site de la gare de La Baule – Escoublac, au cœur d’une forêt de 700 hectares de pins maritimes, directement riveraine d’une baie de 8 kms de long, à la courbe harmonieuse.

 

Ils décident d’acheter une quarantaine d’hectares de dunes de La Bôle et de créer une société avec le concours d’entrepreneurs et de commerçants guérandais, pour la réalisation de toutes pièces d’une station balnéaire.

 

Sous la conduite de l’un de ses derniers négociants en épices, Monsieur GAGEOT, surnommé Le « Préfet de La Baule », des rues sont tracées à partir d’un axe reliant la gare à la mer (L’actuelle avenue de GAULLE), une promenade en bordure de mer est aménagée, une estacade implantée. Deux hôtels, une chapelle, un jardin public, des villas destinées à la location sont construites ensuite afin d’inciter à la vente des terrains. Des commerçants s’implantent, des constructions se multiplient. De 1890 à 1914, La Bôle devient une station à part.

 

Dans l’esprit de ces promoteurs, il s’agit d’attirer régulièrement ces familles et de les inciter à investir. A cette fin, un réseau d’avenues est établi, tandis que Monsieur PAVIE multiplie les nouveautés techniques sur son lotissement : conception hardie de l’Institut Marin, implantation d’un service postal et télégraphique – le premier de la station -, d’une usine électrique (1900), d’un tramway à pétrole reliant les Stations de la baie.

 

Les villas ne tardent pas à proliférer. L’Institut Marin se transforme bientôt en palace (1902) près duquel on crée un Casino en 1904. Avec l’implantation d’un autre établissement hôtelier de luxe en 1908, le quartier Pavie prend rapidement un caractère mondain qu’il ne perdra pas.

 

La crise de 1929 frappe la Station de La Baule. Les investissements prévus sont irrémédiablement suspendus ; le tourisme international disparait complètement.

 

Le marasme s’abat sur la Station jusqu’en 1938. Un léger renouveau, lié à la loi sur les congés payés, se fait jour. Mais la seconde guerre mondiale l’interrompt presque immédiatement jusqu’en 1952.

 

A partir de cette date, l’élévation du niveau de vie, le développement de l’automobile et des congés payés vont permettre à La Baule de retrouver un nouveau souffle. Les grandes villas du remblai sont remplacées. Progressivement par de grands immeubles qui donnent la possibilité au plus grand nombre de bénéficier de la mer, tandis que le phénomène touristique social fait son apparition : campings, maisons familiales, colonies de vacances.

 

La Baule change de physionomie, accroît sa capacité d’accueil, notamment celle des résidences secondaires, au détriment de l’hôtellerie.

 

Après ce renouveau, la station cherche de nouvelles voies : extension de la station – notamment au moyen de congrès – pour rentabiliser au mieux ses équipements, ouverture à l’arrière-pays en vue de diversifier ses pôles d’intérêt et gagner ainsi une nouvelle clientèle.

 

La Baule aujourd’hui…

 

Mais les trésors architecturaux sont toujours derrières les immeubles du front de mer.

Bonne visite si vous êtes de passage à La Baule. Partez à la découverte des belles villas de la Station Bauloise. Alors belle promenade à vous !

 

Diaporama ci-dessous 32 photos

Diaporama ci-dessous 32 photos

Diaporama ci-dessous 32 photos

Merci de mettre un petit mot sur le livre d'or